top of page

Témoignages de survivants

Lire ensuite

Son mouvement ne laissait aucun doute, mais ils lui ont tiré dessus à nouveau pour s'assurer

  • Raz C.'s story

Imaginez 3000 personnes qui commencent à fuir.

Alors, que s'est-il passé là-bas ?

À 6 heures du matin, alors que la fête bat son plein, des sirènes ont soudainement retenti. Imaginez 3000 personnes qui commencent à fuir. Nous décidons de ne pas sortir immédiatement, un embouteillage monstre se forme sur la route. À ce moment-là, je reçois un message du service de sécurité m'informant qu'il y a une infiltration de terroristes dans le pays. Il ne s'est pas écoulé une minute avant que les tirs ne commencent sur la route, tous ceux qui ont pris leur voiture se retrouvent ciblés par une fusillade massive. Des dizaines de fêtards sont assassinés sur la route. Nous nous sommes cachés sous la scène, Yam, Shoam et moi, ainsi que d’autres personnes qui ont fui la route. Nous les aidons à se cacher avec nous et demandons à tout le monde de garder le silence pour qu’on ne nous entende pas.

Imaginez 3000 personnes qui commencent à fuir.


Pendant quelques minutes, nous entendons des tirs lointains, des gens fuir et hurler quand l'un d'entre nous comprend que les terroristes s’approchent de nous. Il nous crie de fuir et nous fuyons vers le terrain vague dans lequel se trouvent d’autres terroristes en train de tirer. Nous sommes environ 200 personnes courant comme dans la chasse aux canards, une partie d’entre nous tombent après avoir reçu des balles tandis que les autres continuent leur fuite. Nous n’avons pas d’autre choix que de trouver rapidement un moyen de survivre.

Nous n’avons pas d’autre choix que de trouver rapidement un moyen de survivre.

Nous atteignons finalement le ruisseau Bessor. Nous entrons dans un buisson et attendons pendant six heures avant d'être secourus. Six heures sous d’innombrables roquettes, avec des terroristes autour de nous massacrant des fêtards, et des cris (il vaut mieux ne pas entrer dans les détails). Six heures de tirs au-dessus de nos têtes entre Tsahal et les terroristes qui ne savent pas que nous sommes dans le ruisseau (ni l'armée ni les terroristes). Nous sommes tout simplement coincés au milieu de tirs qui sifflent au-dessus de nous, autour de ce buisson dégueulasse, en chuchotant et essayant de contacter les secours. Pendant ce temps, je me demande : "Purée, combien de temps cela prend-il pour parcourir 800 mètres en voiture et nous sortir de là ?". Il s'est avéré que la réponse était six heures, mais “c’est pas grave”. Finalement, par un miracle évident et immense, notre fin est une fin heureuse.

Je partage la douleur de toutes les familles et des conjoints qui ont perdu leurs proches.


Raz C.



Comments


bottom of page