top of page

Témoignages de survivants

Lire ensuite

Des tirs sans fin - des tirs sur notre maison, des tirs sur la fenêtre de l’abri

  • Amit B.'s story

Je pense à tous les autres couples pour qui ça s'est fini autrement

Il est encore impossible de résumer ce qu’on a vécu là-bas, et rien ne sera fini tant que Ziv ne sera pas revenu à la maison.

C’est un miracle que nous soyons vivants.

Tout a commencé avec des missiles. C’était stressant mais j’ai réussi à me calmer en me disant que la probabilité que ça tombe pile sur moi était basse, et que tout irait probablement bien. On a essayé de rouler en voiture mais à un moment tout était bloqué, tout le monde voulait s’échapper. On a attendu un instant que ça se calme. On s’est allongés pour ne pas être blessés.Tout d’un coup des personnes ont commencé à courir et à crier qu’il y avait des terroristes.

On s’est enfuis comme des bêtes qui fuient l’abattoir. On a couru vers les champs et tu me tirais par la main.

On a entendu les balles siffler à côté de nous et les gens tombaient. Ces salopards de terroristes étaient derrière nous et ils nous encerclaient de partout avec des motos pour essayer de tuer tout le monde. Par moment je te disais que je n’avais plus de forces et tu me répondais qu’il n’y avait pas le choix et qu’on était obligés de continuer à fuir.

On a essayé de faire du stop mais tu as dit que c’était plus sûr de marcher.

On a continué à fuir jusqu’au moment où toi et moi on s’est séparés de Ziv et qu’on s’est cachés tous les deux dans les buissons.

Les tirs sont passés au-dessus de nos têtes. Jamais de ma vie je n’avais entendu le sifflement d’une balle. Les terroristes marchaient à côté de nous en tirant partout et on faisait tout pour ne pas bouger et ne pas faire de bruit.




Tout d’un coup tu as décidé de faire un selfie, ça m’a énervée parce que c'était tellement pas le moment, mais je me suis dit ensuite que si on devait mourir alors au moins nos familles sauraient qu’on s’est aimés jusqu'à la fin.

Tu m’as protégée à l'aide de ton corps et je pense à tous les autres couples pour qui ça s'est fini autrement.

Les choses que nous avons vues sont inconcevables et il est impossible de digérer le trauma qu’on a vécu.

Tout d’un coup tu as décidé de faire un selfie, ça m’a énervée parce que c'était tellement pas le moment, mais je me suis dit ensuite que si on devait mourir alors au moins nos familles sauraient qu’on s’est aimés jusqu'à la fin.

Nous continuons à prier pour que Ziv revienne à la maison.


Amit B.



Comments


bottom of page