top of page

Témoignages de survivants

Lire ensuite

Par miracle, on arrive à sortir de ce carnage.

  • Oshra B.'s story

Pour ceux qui se posaient la question, c’est exactement à ça que ressemble la terreur.

« Quand je m’en sortirai, j’achèterai des cadeaux pour tout le monde », chante Evyatar Banaï.

Moi, j’ai déjà reçu mon cadeau.

Notre cadeau, c’est la vie.

Samedi vers 12h30, nous n'étions plus sûrs d’y avoir droit.

Samedi vers midi, j’ai vu la mort sous la forme de deux terroristes passant près de la fenêtre de notre salon, chacun d’eux avec un couteau géant à la main, alors qu’ils se dirigeaient vers notre cour.

Nous étions six dans la maison. Nous et les enfants, un copain d’Itaï qui est venu dormir chez nous vendredi, et Jenny, l’une des fondatrices de Netiv HaAssara, qui venait de sortir pour sa promenade habituelle à 6 heures du matin, quand elle a été prise dans un échange de tirs, et la première maison qu’elle a reconnue et dans laquelle elle a demandé à entrer était la nôtre.

Nous sommes entrés dans la chambre fortifiée, juste après avoir compris qu’il était impossible d’en verrouiller la porte de l’intérieur, nous avons fait taire tout le monde et avons attendu dans l’obscurité, Dieu sait pourquoi. Sous une impulsion, je suis sortie chercher des couteaux dans la cuisine, en me disant : « Ils ne nous prendront pas sans que nous luttions », et là quelqu’un a essayé de forcer la porte d’entrée. Pour ceux qui se posaient la question, c’est exactement à ça que ressemble la terreur.

Pendant 40 minutes, Ilan et moi sommes restés côte à côte, lui, s’appuyant de toutes ses forces sur la poignée, moi prête avec mes couteaux, et Ofer essayant de prévenir quelqu’un que nous étions en danger, sans succès.


et là quelqu’un a essayé de forcer la porte d’entrée. Pour ceux qui se posaient la question, c’est exactement à ça que ressemble la terreur.

Après une rafale de tirs juste devant la maison, nous avons commencé à entendre parler hébreu (celui qui n’a pas vécu ce genre de situations ne comprendra pas à quel point c’est un immense petit bonheur). Lorsque nous sommes sortis prudemment de la chambre fortifiée, on a découvert qu’ils avaient essayé de entrer par effraction dans la maison et en effet, grâce à un grand miracle, la Providence divine et certainement de la chance ils ont renoncé et se sont enfuis. On pense qu’ils ont peut-être vu Hugo, notre chien, qui n’a pas réussi à entrer dans la chambre fortifiée avec nous, et cela les a fait réfléchir à deux fois. Heureusement, ce qu’ils ne savaient pas, c’est que s’ils l’avaient approché, notre pitbull croisé les aurait probablement accueillis en remuant la queue et en leur léchant le visage.

Ils ont ensuite été capturés par les soldats, mais depuis ils apparaissent encore dans mes rêves toutes les nuits.

Maintenant, je me demande ce que l’on peut dire en recevant un tel cadeau ? Merci ? Merci beaucoup ? Je ne sais pas, cela me semble insuffisant.


Ils ont ensuite été capturés par les soldats, mais depuis ils apparaissent encore dans mes rêves toutes les nuits.


Sur la photo : Le redoutable Hugo en position cuillère avec H’a-toul notre chatte, dont nous ignorons actuellement le sort.


Oshra B.


Comments


bottom of page