top of page

Témoignages de survivants

Lire ensuite

Une partie de cache-cache a commencé entre les terroristes et nous

  • Almog S.'s story

Pendant l'invasion, les terroristes n'ont pas fait de distinction entre les jeunes et les personnes


À tous mes amis de l’étranger. Nous traversons des moments difficiles ici en Israël. Nous essayons d’être forts et de soutenir nos communautés.


Vendredi, je suis allé avec trois autres amis au festival Nova. Je partage ici le témoignage de ma fuite et de celle d’un de mes amis.


Il n’y a pas de descriptions macabres dans ce témoignage, mais je le partage pour que le monde puisse avoir un aperçu de ce que les personnes venues célébrer la paix et l’amour ont dû affronter.


Avec beaucoup de chance, nous avons réussi à nous échapper. J’adresse mes condoléances et mon amour à tous ceux qui ont perdu un proche aussi bien au festival Nova, que dans les moshavs et les kibboutz qui ont été envahis, et lors des combats de défense et de sauvetage.


Nous étions sous le feu des roquettes mais nous ne comprenions pas encore l'ampleur de l'attaque à laquelle nous étions confrontés.

Le 7 octobre, je me suis rendu avec deux autres amis au festival Nova. Le festival Nova est une grande manifestation. La rave party rassemblait environ 3 000 personnes et nous étions excités à l’idée de ce festival. Dans la queue pour le contrôle de sécurité, les participants parlaient espagnol, anglais, portugais et d’autres langues encore. C’est un festival international accueillant des DJ brésiliens, indiens, européens et autres nationalités. Nous avons dansé et nous sommes éclatés.


Vers le petit matin, alors que nous dansions sur la scène principale, nous avons soudain entendu de fortes explosions. Quelques instants plus tard, la musique a été interrompue et nous avons couru nous mettre à l’abri sous des arbres dans la zone de camping. Nous étions sous le feu de roquettes mais nous ne comprenions pas encore l’ampleur de l’attaque à laquelle nous étions soumis. Au bout d’un certain temps, alors que nous étions toujours à l’abri des tirs de roquettes, un agent de sécurité est arrivé et nous a crié de « monter dans nos voitures et de partir ».


Nous avons rapidement ramassé nos affaires et nous nous sommes précipités vers le parking. C’était le chaos, j’ai perdu tout contact avec mes amis. Alors que les roquettes continuaient de pleuvoir tout autour de nous, j’ai appelé mon ami au téléphone et nous avons essayé de nous retrouver. Finalement, nous nous sommes retrouvés et nous sommes montés en voiture. C’était le chaos.


C'est à cet instant que nous avons compris que nous étions la cible d'une attaque d'envergure colossale.

Les gens ont commencé à crier de monter en voiture et de s’enfuir, et c’est ce que nous avons fait.

Nous sommes arrivés sur la route principale et nous avons entendu des coups de feu sur notre droite. Nous avons vu toutes les voitures qui étaient passées avant nous sur notre gauche. Bar, mon ami qui conduisait, a su prendre une décision rapide. Il a foncé sur une route de terre parallèle à la route principale. Nous sommes passés à côté des voitures bloquées, les gens étaient confus et paniqués. Pendant que nous roulions, nous avons fait monter deux filles de la rave party. Puis, nous avons vu au loin des policiers et nous avons déposé les filles là-bas. Cependant, les policiers semblaient confus, donc nous avons pris la décision de nous débrouiller seuls et de continuer notre chemin.

Bar conduisait et je lui indiquais le chemin. Nous sommes arrivés à la route la plus proche qui semblait hors de la zone de danger et en sortant du champ, nous avons vu des voitures à l’arrêt sur la route. Il y avait une intersection en T entre nous et la route que nous souhaitions rejoindre. Non loin, un pick-up blanc était arrêté et à côté un homme vêtu d’un gilet militaire. Nous n’avons pas compris qui c’était. Nous savions que quelque chose d’inhabituel s'était produit mais nous n'avions pas la moindre idée qu’une invasion terroriste avait eu lieu en Israël.


À l’approche du véhicule, nous avons ralenti et nous nous sommes rendu compte qu’il avait sorti de l’arrière du pick-up une énorme mitrailleuse qu’il a pointée vers nous.

À ce moment-là, nous avons compris ce qu’il était et quelle était son intention. Bar a tourné le véhicule rapidement et a appuyé sur la pédale d’accélérateur aussi fort qu’il l’a pu, essayant de nous éloigner de là tout en nous préparant à essuyer des tirs.


Heureusement, nous n’avons entendu qu’un seul coup — nous avons supposé que la mitrailleuse s’était enrayée. Nous avons continué à rouler à toute vitesse, en direction du soleil, puisque le soleil se lève à l’est — et que Gaza se trouve à l’ouest.

Les roquettes et les coups de feu résonnaient de partout et à chaque alarme, nous sortions de la voiture et nous nous couchions par terre en regardant tout autour pour voir si des terroristes arrivaient.


Pendant l’invasion, les terroristes n’ont pas fait de distinction entre les jeunes et les personnes âgées, les hommes ou les femmes

Finalement, nous sommes arrivés sur une route près du moshav « Patish ». De là, nous avons décidé de rouler vers le sud, en évitant les villes arabes. Nous sommes arrivés chez moi à Beer Sheva à 9 h 15 du matin.


Je tiens à ajouter que nous sommes des personnes de paix ici en Israël, et que nous avons des conflits dans nos vies. J’ai mentionné dans mon témoignage la peur que nous avions de traverser des villages arabes sur notre itinéraire d’évasion en raison de ces conflits.

Avec le Hamas et l’idéologie que l’Iran propage dans la région, nous ne devons pas parler de conflit mais de guerre. Ils ne suivent pas le code moral que nous connaissons et que nous promouvons.

Pendant l’invasion, les terroristes n’ont pas fait de distinction entre les jeunes et les personnes âgées, les hommes ou les femmes. À Rahat, une ville bédouine que nous avons eu peur de traverser, au moins 17 personnes, enfants et adultes, ont été assassinées. Selon l’idéologie des terroristes qui ont assassiné ces bédouins, ce sont des traîtres simplement parce qu’ils vivent à nos côtés.

Nous traversons des jours tristes, et je nous souhaite à tous des jours meilleurs.


Almog S.


Comments


bottom of page